Pays de cocagne

XL

Le jeune homme, les précédant, leur fait visiter le Paradis. Ils voient une terre très fertile en beaux bois et en prairies. Les prés, splendides et constamment en fleurs, y forment un jardin. Les fleurs sentent très bon, comme il convient à un endroit qu'habitent les saints, un lieu où les arbres et les fleurs font les délices de ceux qui les regardent, et où les fruits et les parfums sont d'une richesse inestimable. Ni ronces, ni chardons, ni orties n'y poussent à profusion; il n'y a pas d'arbre ni d'herbe qui n'exhale une odeur suave. Les arbres sont continuellement chargés de fruits, et les fleurs toujours en plein épanouissement, sans tenir compte de la saison qui ne change pas; c'est toujours l'été, et le temps reste doux. Les fruits sont toujours mûrs sur l'arbre. Les fleurs produisent sans cesse leur semence; les bois sont toujours remplis de gibier, et toutes les rivières d'excellents poissons. Il y a des rivières où coule le lait. Cette abondance règne partout : les roselières exsudent le miel grâce à la rosée qui descend du ciel. Il n'y a pas de montagne qui ne soit d'or, pas de grosse pierre qui ne vaille un trésor. Le soleil ne cesse d'y briller de tout son éclat, aucun vent, aucun souffle ne vient remuer le moindre cheveu, aucun nuage dans le ciel ne masque la lumière du soleil. L'habitant n'y souffrira aucun malheur, il ne connaîtra aucun orage, il sera à l'abri du chaud, du froid, de l'affliction, de la faim, de la soif, de la privation. Il aura tout ce qu'il souhaite, en abondance. Il est certain de ne jamais être privé de ce qu'il désire le plus; il l'aura toujours à sa disposition. Absorbé par la contemplation de toute cette félicité, Brendan ne voit pas passer le temps; il voudrait y rester encore longtemps. Le guide le mena beaucoup plus loin encore, et lui fit voir bien d'autres choses : il lui décrivit en grands détails les délices dont jouira chacun. Il gravit un tertre aussi haut qu'un cyprès, et Brendan le suit; d'ici Brendan et ses moines ont des visions qu'ils ne parviennent pas à expliquer. Ils voient des anges et les entendent se réjouir de leur arrivée. Ils écoutent leurs grands chants mélodieux mais en viennent à ne plus les supporter : les mortels ne sont pas de nature à comprendre ou à concevoir tant de gloire.




1732



1736



1740



1744



1748



1752



1756



1760



1764



1768



1772



1776



1780



1784

Avant en vait cil juvenceals,
Par paraïs vait ovoec eals.
De beals bois e de rivere
Veient terre mult plenere.
Gardins est la praierie
Qui tuz dis est beal flurie.
Li flur süef mult i flairent,
Cum la u li piu repairent,
D'arbres, de flurs delicïus,
De fruit, d'udurs mult precïus;
De runceie ne de cardunt
Ne de orthie n'i ad fusun;
D'arbre n'erbe n'i ad mie
Ki süaté ne rechrie.
Flurs e arbres tuz dis chargent,
Ne pur saisun unc ne targent;
Estét süef tuz dis i est,
Li fruiz de arbres e de flurs prest,
Bois repleniz de veneisun,
E tut li flum de bon peisun.
Li flum i sunt qui curent lait.
Cele plentét par tut en vait:
La ruseie süet le mel
Par le ruseit qui vient del cel.
Si munt i at, cil est de or,
De granz peres i a tensor.
Sanz fin i luist li clers soleil,
Ne venz n'orez n'i mot un peil,
N'i vient nule nue de l'air
Qui del soleil tolget le clair.
Chi ci estrat, mal n'i avrat,
Ne de mals venz ja ne savrat,
Ne chalz ne freiz ne dehaite
Ne faim ne seit ne suffraite.
De tuz ses bons avrat plentét.
Ço que plus est sa voluntét,
Cel ne perdrat, süurs en est;
Tuz dis l'avrat e truvrat prest.
Bien veit Brandans cele goie.
L'ure li semblet forment poie
Qu'il i estait a ço vedeir;
Lunges voldrat iloec sedeir.
Mult bien avant l'ad cil menét,
De multes riens l'ad asenét:
Bien diviset e si li dit
De quel avrat chascuns delit.
Vait cil avant e cist aprés
Sur un halt munt cume ciprés;
D'ici veient avisïuns
Dum ne sevent divisïuns.
Angeles veient e sis oient
Pur lur venir cum s'esgoient.
Oient lur grant melodie,
Mais nel poient suffrir mie:
Lur nature ne poet prendre
Si grant glorie, ne entendre.